Flûtiau printanier

Petite surprise flûtée pour débuter ce printemps…cardiaques s’abstenir :)

 

 

 

Flutiau printanier

Information techniques :

Localisation : Parc Naturel du Livradois-Forez

Milieux: Bocage anthropisé

Saison : Printemps

Matériel utilisé : Enregistreur Zoom H4nPro ; Octavas Cardioïdes

Cette Grive musicienne nous offre ici un court échantillon de son inventivité musicale ! J’aurai probablement pu en enregistrer bien plus mais on m’a signifié très clairement que je n’étais pas la bienvenue sur ce territoire ;)

Vous avez probablement déjà croisé une Grive musicienne au cours d’une balade. On peut en effet l’apercevoir sur tout le territoire français en forêts, plaines et bosquets ! Elle fait la taille d’un Merle et est reconnaissable à son dos brun et son ventre clair parsemé de taches noires en forme de V (attention il y a d’autres Grives qui lui ressemblent !).

 

Comme vous avez pu l’entendre son chant est puissant, flûté et comporte des variations. Petit truc bien caractéristique, qui permet à quasi tous les coups de la reconnaître : elle répète des motifs courts et simples 2 à 4 fois.

On voit bien ici les répétitions de plusieurs petites phrases.

Ce sonogramme est issu de ma page Xeno-canto. Il représente un extrait de 10 secondes du chant entendu plus haut. Il représente pour vous le son entendu entre 1 seconde et 10 secondes.

 

Elle peut intercaler entre ces motifs courts, une phrase plus gazouillante et rauque. C’est ce qu’on entend entre 14 secondes et 19 secondes.

Ce sonogramme est issu de mon logiciel de traitement du son REAPER (un logiciel libre!).

Petite particularité, on peut parfois entendre des imitations dans son chant. Elle va utiliser des motifs courts qui ressemblent à s'y méprendre au chant d'autres espèces d'oiseaux, mais je n'ai hélas pas trouvé d'exemples à partager :/

 


Qu'est ce qu'un sonogramme?

Pour celles et ceux qui ont séché leurs cours de physique au lycée voici quelques explications :) Tout d’abord…un son est une vibration qui se propage dans l’air, dans un liquide ou même un solide ! Les molécules de l’air vont se rapprocher et s’éloigner successivement les unes des autres... Pas forcément très intuitif tout ça ! C’est en fait le même principe que lorsqu’on jette un caillou dans l’eau et que l’on peut voir les ondes se déplacer en cercle sur l’eau : les crêtes sont les lieux où les molécules se rapprochent et les creux ceux où elles s’éloignent les unes des autres.

C’est ce principe qui est utilisé par les animaux dans la communication acoustique : un émetteur va vibrer (le syrinx* de la Grive par exemple), les molécules qui le touchent vont ainsi se déplacer et ainsi de suite, ce mouvement de va et viens va être transmis à un récepteur (une oreille !), à parfois plusieurs centaines de mètres de distance.

*Le syrinx est un morceau de cartilage situé sous la trachée des oiseaux. C’est leur organe vocal, comme le larynx pour nous et les autres mammifères.

Un sonogramme est un moyen visuel pour représenter le son en fonction :

  • du temps : c’est la durée pendant laquelle les molécules vont vibrer dans l’air. On le représente ici en secondes sur l’axe horizontal.
  • de la fréquence : c’est le nombre de vibrations par secondes, en Hertz (Hz). Elle est représentée sur l’axe vertical. Plus le syrinx bouge lentement, moins il y a de vibrations par secondes, plus la fréquence est basse (et le chiffre en Hz petit !) et plus le son est grave ! Exemple : les aboiements du chien, très graves et « collés » à la barre en bas.
  • de l’amplitude : c’est la puissance ou plutôt l’intensité de la vibration, qu’on exprime en décibels (dB). On la représente ici avec des couleurs : gris pâle à noir ou bien violet, jaune, jusqu’à vert. Plus les vibrations sonores sont grandes, plus l’amplitude est grande et plus le son est fort. Exemple : toujours les aboiements, très puissants qui ont donc une grande amplitude et sont les seuls sons représentés en verts alors que la plupart des sons de la Grive sont plus faibles et représentés en jaunes.

 

Les Grives musiciennes sont des voyageuses et migrent quand le temps se fait plus froid. On va donc avoir des individus provenant du Nord de l’Europe qui vont arriver chez nous à partir de septembre. Certain.e.s y resterons et d’autres descendrons plus au Sud, pouvant aller jusqu’au Maghreb.

Les Grives sont protégées en Angleterre mais quand elles franchissent la Manche au cours de leur migration et commencent à survoler notre beau pays…les plombs commencent à pleuvoir et les virtuoses du chant tombent par millions. Pour l'année 1998-1999, au minimum 4,5 millions de Grives (toutes espèces confondues : musicienne, draine, littorne, mauvis) ont été assassinées en France. J’avoue avoir du mal à réaliser la réalité derrière ce chiffre mais c’est bien ce qui est indiqué sur le site de l’ONCFS. En plus du plomb, la chasse à glu est autorisée dans certains départements du Sud-Est (et pratiquée illégalement dans nombre d’autres) pour les Grives et les Merles. Des branches sont enduites de colle et les oiseaux qui s’y perchent s’y retrouvent piégé.e.s. Elles et ils s’y brisent les ailes en essayant de s’en dépêtrer et nombres d’espèces non chassables y trouvent également la mort. On peut trouver cette glu à son magasin de sport le plus proche… L’exemple le plus récent étant celui de Décathlon, qui propose, je cite : « de prolonger le « plaisir » en période de fermeture de la chasse pour aller chasser certains corvidés: corbeaux, corneilles. Décathlon y voit là « un des moyens de continuer à chasser hors saison de chasse ». » (LPO)

En France, on extermine en masse nos musicien.ne.s à plumes !

 


Bibliographie:

https://www.lpo.fr/actualites/decathlon-multiplie-les-maladresses-et-refuse-de-nous-rencontrer-dp1

http://www.oiseaux.net/oiseaux/grive.musicienne.html

http://www.oncfs.gouv.fr/Connaitre-les-especes-ru73/La-Grive-musicienne-ar973

Merci à la communauté de Xeno-canto pour la confirmation de l’identification du chant de Grive musicienne! Xeno-canto est une plateforme de partage en ligne de chants d'oiseaux. On peut y trouver des milliers d’enregistrements pris part des passionné.e.s en tout genre!

Et également à Gérard GOUJON et Jacques PREVOST de la LPO-Isère pour leur « Livret d’aide à la reconnaissance du chant des oiseaux de l’Isère », qui promet de m’être bien utile pour décrypter les chants de ces petit.e.s musicien.ne.s à plumes !

Merci à un âne plutôt malin (comme tous les ânes!), pour le relecture du passage sur les sonogrammes!

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 

e-mail: syrigma.son@gmail.com

Suivre le projet