Fenêtres sonores

Nous voilà tout.e.s enfermé.e.s chez nous pour une période indéterminée, loin du printemps qui s'éveille.

Envie de vous évader, de vous envoler, de vous échapper par delà cette fenêtre fermée qui vous nargue? 

Je vous propose de partir en voyage depuis votre canapé...munissez vous d'un casque audio ou d'enceintes, installez-vous confortablement et fermez les yeux. Nous voilà parti.e.s dans ces "Fenêtres sonores"! Revenez régulièrement jeter une oreille par ici, de nouvelles surprises arriveront régulièrement!

Je vais plonger dans mes archives sonores et vous déterrer des pépites, plus ou moins longues, provenant de milieux variés et peuplées d'habitant.e.s toutes plus différent.e.s les un.e.s que les autres!


01/05/2020 - Les hirondelles

6.Les hirondelles

Information techniques :

Localisation : Camargue

Milieux: Observatoire ornithologique au-dessus d'un étang

Saison : Printemps

Matériel utilisé : Enregistreur Zoom H4nPro et Canon MS Rode

 

Les hirondelles

Hirondelle qui viens de la nue orageuse,

Hirondelle fidèle, où vas-tu ? dis-le-moi.

Quelle brise t’emporte, errante voyageuse ?

Écoute, je voudrais m’en aller avec toi,

 

Bien loin, bien loin d’ici, vers d’immenses rivages,

Vers de grands rochers nus, des grèves, des déserts,

Dans l’inconnu muet, ou bien vers d’autres âges,

Vers les astres errants qui roulent dans les airs.

 

Ah ! laisse-moi pleurer, pleurer, quand de tes ailes

Tu rases l’herbe verte et qu’aux profonds concerts

Des forêts et des vents tu réponds des tourelles,

Avec ta rauque voix, mon doux oiseau des mers.

 

Hirondelle aux yeux noirs, hirondelle, je t’aime !

Je ne sais quel écho par toi m’est apporté

Des rivages lointains ; pour vivre, loi suprême,

Il me faut, comme à toi, l’air et la liberté.

 

[Louise Michel]

 

Crédit photo: Simon


27/04/2020 - Alytes accoucheurs

Des articles fleurissent dans de nombreux médias où l'on annonce le retour de la nature dans les villes désertées par une partie des humain.e.s.. Fantasme post-apocalyptique ou réalité? Les oiseaux chantent-il.le.s à nouveau, libéré.e.s de l'emprise bruyante des voitures ?

Ou peut-être tout simplement, ouvrons-nous juste un peu plus nos yeux et nos oreilles ?

Le sauvage est bien souvent idéalisé et remisé dans une nature lointaine. Alors que la réalité est toute différente. Il vit à nos côtés, dans le moindre espace où l'homme n'a pas encore posé son emprise.

 

Il y a tout juste un an, j'enregistrais en plein centre de Clermont-Ferrand, le doux chant des alytes, appelé.e.s également crapauds accoucheurs.

 

5.Alytes accoucheurs

Information techniques :

Localisation : Puy-de-Dome

Milieux: Jardin abandonné en pleine ville

Saison : Printemps

Matériel utilisé : Enregistreur Zoom H4nPro

Les Alytes accoucheurs (Alytes obstetricans) apprécient les habitats pionniers: carrières, vieux murs, talus, berges de galets...à proximité de points d'eau. Ce petit crapaud a le corps grisâtre, tacheté de petits points noirs ou bruns. Sa pupille verticale est entourée d'un bel iris doré. Il doivent leur nom au fait que les mâles enroulent les œufs autour de leurs pattes arrières. Ils les transporteront alors entre coins d'ombres et bains d'eau, jusqu'à l'éclosion des têtards.

 

 

Petit.e.s habitant.e.s des recoins obscurs et humides, les amphibiens sont à la fois les premièr.e.s touché.e.s par les actes destructeurs des humain.e.s (pollution des eaux, éliminations des zones humides, changement climatiques...) mais montrent également d'incroyables talents de résilience et d'adaptabilité !

 

Arriverez-vous trouver à touver le discret Alyte accoucheur?

 

Quand le confinement prendra fin et que les activités humaines reprendront de plus belle...continuons à penser à nos voisin.e.s insectes, amphibiens, oiseaux et plantes, à leur laisser de la place et écouter ce qu'il.le.s ont à dire.


09/04/2020 - Fauvette à tête noire

Aujourd'hui on redescend des alpages pour aller en ville. Fin d'après-midi, le soleil brille et il n'y a pas un nuage. Par la fenêtre ouverte j'entends des éclats de voix...

 

4.Fauvette à tête noire

Information techniques :

Localisation : Puy-de-Dome

Milieux: Zone arborée en ville

Saison : Printemps

Matériel utilisé : Enregistreur Zoom H4nPro

Voilà une voisin.e bien bavarde!

C'est une fauvette à tête noire, Sylvia atricapilla, qui chante à tue tête perchée dans un arbre entouré par des rangées d'immeubles et de maisons.

 

 

Cette jolie fauvette, communes dans les jardins, aime les milieux ouverts parsemés de quelques arbres (lisières, bocages, parcs, vergers...). Discrète par son plumage brun, elle l'est beaucoup moins par son chant mélodieux et sonore. La plupart du temps son chant commence par une strophe « grinçante » puis passe sur une partie flûtée et rapide. Ici elle reste interminablement sur la partie grinçante ! Chose assez courante en début de saison et en pleine journée (merci Jean-Philippe pour cette précieuse information !).

Ce chant m'a posé question : y a t'il deux individus de fauvette à tête noire qui chantent ? Chante t'elle toute seule? Une fauvette à tête noire chante t'elle en même temps qu'une fauvette des jardins ?

Même avec des espèces communes on peut être surpris.e et une chose est sure, les oiseaux n'ont pas finis de m'étonner !

 

Pour vous donner un aperçu de la virtuosité de notre fauvette, voici un extrait ralentit qui nous donne le temps d'apprécier la quantité incroyable de notes:

Extrait du chant de fauvette à tête noire vitesse normale

Extrait du chant de fauvette à tête noire ralentit 3x

 

Le mâle de la fauvette à tête noire arbore une calotte noire alors que celle de la femelle est calotte rousse/châtain...qu'en dites-vous, et si on changeait son nom pour la « fauvette à tête rousse » ? ;)

 

Pour en savoir plus sur la fauvette à tête noire c'est par .

 

Une fois de plus un grand merci à Jean-Philippe pour l'identification ! Et comme d'habitude à Simon pour la photo de fauvette à tête noire!

 

Vous aussi vous pouvez aider les fauvettes à s'installer près de chez vous! Ainsi que d'autres oiseaux, des insectes, des mammifères comme le hérisson et des plantes sauvages. La nature est présente en ville et ne demande qu'à ce qu'on lui laisse la place qui lui est due. Pour trouver des conseils pour accueillir la faune et la flore à deux pas de chez vous, je vous recommande cette page de la LPO bourrée d'informations pratiques et faciles à mettre en place : https://loire.lpo.fr/2017/02/28/avez-deja-refuge-avez-besoin-de-conseils-lamenager/


02/04/2020 - Paysage sonore d'une estive

Êtes-vous prêt.e.s à partir explorer des paysages sonores avec vos oreilles ?

Est-il possible vous soyez moins habitué.e.s à percevoir votre environnement avec vos oreilles qu'avec vos yeux ?

Quand vous écoutez des sons de la nature, êtes vous sur.e.s de tous les percevoir ?

 

Je vous propose trois petits exercices d'écoute, réalisables depuis votre fenêtre, pour exercer ce sens si délicat qu'est notre ouïe :

     1. Pendant quelques minutes écrivez tout ce que vous entendez autour de vous. Toutes les réponses sont bonnes, il n'y a pas de mauvaise façon de percevoir le son.

     2. Prenez une feuille de papier. En haut de celle-ci écrivez-y les sons forts que vous entendez et en bas de la feuille les sont faibles.

     3. Essayez de trouver le son le plus lointain que vous pouvez entendre. Citadin.e.s, nous sommes habitu.é.es à privilégier les sons proches, cet exercice est plus compliqué qu'il n'y

        parait!

 

Ces exercices sont extraits de « A Sound Education » écris par Murray Schafer en 1992. Murray Schafer est un compositeur, chercheur et pédagogue Canadien. Il a développé le concept de « paysage sonore » et a beaucoup travaillé sur la recherche d'un vocabulaire pour décrire les sons, ainsi que sur l'apprentissage de l'écoute. Pour en savoir plus c'est par .

 

Je vous propose de vous exercer sur ce paysage sonore d'alpage !

 

3.Paysage sonore d'une estive

Information techniques :

Localisation : Alpes de Haute-Provence

Milieux: Alpage de la Sapie

Saison : Automne

Matériel utilisé : Enregistreur Zoom H4nPro ; Octavas Omnidirectionnel

 

Petits indices sonores :

  • sonnailles des chèvres et brebis

  • cris de la bergère

  • insectes qui chantent dans l'herbe

  • les pas des brebis et chèvres qui frappent le sol

  • brebis qui grognent et toussent

  • sifflement de la bergère

  • mouches qui passent en volant devant les micros

Les brebis et les chèvres n'ont pas les même cloches : entendez-vous les deux sortes de cloches ?

 

Entendez-vous ce grondement grave et sourd ? C'est le pas des brebis et des chèvres qui s'approchent et font trembler le sol.

 

Il y a plusieurs espèces d'orthoptères (orthoptères = sauterelles, grillons et criquets) qui chantent. Leurs stridulations sont produites en frottant une partie de leur corps sur une autre (cuisse, élytre, aile, abdomen...). Entendez-vous la différence de rythme (lent, rapide) ? Les différences de hauteurs (aigu, grave) ? 

On peut également prêter attention à la spatialisation des sons. Le troupeau se déplace de gauche à droite ou de droite à gauche ?

 

Ces exercices sont réalisables en montagne, en ville, au bord de la mer. Seul.e.s ou à plusieur.e.s !

 

Les photos sont de Simon, merci à lui ! Et merci à Mymy la bergère, aux brebis et aux chèvres, à Nino, Jole, Hida, Zazou, Gypsie et Jaja pour leur accueil et leurs productions sonores!

 

 


25/03/2020 - Hida

Je vous propose aujourd'hui de passer un moment avec Hida, la gardienne de brebis.

Hida est une patou, un.e de ces gros chien.ne.s qui nous effraye tant lorsqu'on a le malheur de passer trop prêt d'un troupeau de brebis en montagne.

Hida garde, avec Jole, un petit troupeau de brebis et de chèvres dans les Alpes de Hautes-Provence. Quand un.e intrus.e passe trop prêt du groupe Jole prend les devants et repousse la menace. Pendant ce temps Hida regroupe le troupeau et reste à leurs côté coûte que coûte.

Leur ayant été présentée par la bergère qui travaille à leurs côtés, j'ai pu être considérée comme une amie et rencontrer ces travailleuses solitaires et autonomes.

 

Hida  

 Jole

Loin de l'image que l'on se fait de ces bêtes tout en crocs et aboiements, on entend ici Hida manger ses croquettes, se pourlécher les babines et s'endormir doucement chauffée par le soleil.

 

2.Hida

Information techniques :

Localisation : Alpes de Haute-Provence

Milieux: Alpage de la Sapie

Saison : Automne

Matériel utilisé : Enregistreur Zoom H4nPro

 

 

Cette séquence d'enregistrement est pleine d'imperfections : le micro est trop près de Hida et son souffle fait vibrer la membrane des micros, elle donne des coups dedans en se déplaçant et je ne suis pas stable...on peut entendre régulièrement les bruits de ma perche de prise de son qui bouge. Cet enregistrement n'est donc pas exploitable pour une création radiophonique ou autre composition sonore. Cependant je lui trouve une douceur et une proximité touchante, et vous la propose donc, avec ses erreurs.

 

 

Photos: Simon

 


20/03/2020 - Survol d'un alpage

Pour cette première escapade je vous propose de partir dans les Alpes de Haute-Provence, dans un alpage perché à 1700 mètres d'altitude.

Nous sommes tout en haut d'une crête. Dans l'herbe résonne les chants des orthoptères (Ephipigger diurnus, Chorthippus biguttulus…). Derrière nous, dans la pente, se trouve un petit troupeau de brebis et de chèvres. On entend leurs pas et leurs cloches sonner doucement. Tout en bas dans la vallée le son d'une débroussailleuse nous rappelle la présence des humain.e.s.

Et celles/ceux qui poussent ces cris si puissants se sont les craves à bec rouge! Un petit groupe passe en volant le long de la crête. Pour la petite histoire, ils viennent de chasser un inoffensif géant de 2,50 mètres d'envergure...un vautour fauve qui volait trop prêt de leur escarpement rocheux.

 

 

1.Vol de craves à bec rouge

Information techniques :

Localisation : Alpes de Haute-Provence

Milieux: Crête d'un alpage

Saison : Automne

Matériel utilisé : Enregistreur Zoom H4nPro ; Octavas Omnidirectionnel

Pour en savoir plus:

Les craves à bec rouge sont de petits corvidés au beau plumage noir brillant, aux pattes rouges et au bec rouge recourbé vers le bas. C'est ce détail qui permet de les différencier facilement des chocards à bec jaune (bec jaune et court, pattes rouges) ou des choucas des tours (bec noir, pattes noires et yeux bleus!).

Il vivent dans les côtes rocheuses ou en montagne à proximité de falaises. Ces acrobates aérien.ne.s sont en forte régression (de 90% ces dernières décennies!!). Celle-ci est notamment due à la disparition des prairies de montagne dans lesquelles ils cherchent leur nourriture préférée, de petits invertébrés, ainsi qu'à leur dérangement lié au développement du tourisme de montagne.

La prochaine fois que vous irez en montagne ouvrez bien vos oreilles pour partir à la rencontre de ces habitant.e.s des airs! Et en attendant bon confinement :)

Et merci à Bastien et Jean-Philippe pour l'identification des orthoptères!


Diaporama :

Calque Titre
Calque Titre
Calque Titre
Calque Titre
Calque Titre
Calque Titre
previous arrow
next arrow
Slider
 

Commentaires  

#1 Jean-Philippe 28-03-2020 18:32
Merci Adèle pour ces "photos" sonores : on s'y croirait, et comme avec un bon livre, en l'absence (sans regret) d'images, l'imagination fait son oeuvre :-)
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 

e-mail: syrigma.son@gmail.com

Suivre le projet